Accro à sa tétine, c'est un problème ?

Votre enfant tombe et vient se consoler dans vos bras avec tétine… Une heure plus tard, vous le grondez, il pleure et réclame SA tétine… Le soir, c’est avec encore avec elle qu’il s’endort, comme un grand… qui va vers ses 3 ans !

Votre enfant tombe et vient se consoler dans vos bras avec tétine… Une heure plus tard, vous le grondez, il pleure et réclame SA tétine… Le soir, c’est avec encore avec elle qu’il s’endort, comme un grand… qui va vers ses 3 ans !

Les premiers jours de sa vie, vous aviez proposé une tétine à votre nouveau-né pour l’apaiser et combler son besoin de succion. Vous pensiez qu’il décrocherait très vite. Deux ans après, il semble y tenir plus que jamais.

Une tétine, et alors ?

On entend tout et son contraire sur la tétine. Et si on arrêtait de la diaboliser ?

  • Pour votre bébé, téter est un besoin vital et naturel, qui apporte plaisir et détente grâce à l’endomorphine (hormone du bien-être) sécrétée lors de la succion. A 2 ans, si l’habitude est prise, difficile pour lui de s’en passer du jour au lendemain.
  • Pour certains psychanalystes, interdire la tétine revient à empêcher l’enfant de ressentir un plaisir solitaire et personnel. Voudriez-vous contrer une activité auto-érotique ? Non !
  • Sucer une tétine entraîne moins de déformation des mâchoires et de déstabilisation de la position que le pouce. Encore faut-il évidemment que cette habitude ne dure pas trop longtemps…

Votre enfant tombe et vient se consoler dans vos bras avec tétine… Une heure plus tard, vous le grondez, il pleure et réclame SA tétine… Le soir, c’est avec encore avec elle qu’il s’endort, comme un grand… qui va vers ses 3 ans !

A vos tétines

La tétine : quand ça suffit !

Au bout de deux-trois ans, il est sans doute temps de dire « Stop la totote ! »

  • Elle ne facilite pas la communication. Si votre tout-petit la garde dans sa bouche pour parler, il peut ainsi être difficilement compréhensible. C’est peut-être un moyen pour lui de se réfugier dans son monde intérieur, sans devoir parler avec les autres.
  • Elle ne facilite pas le sommeil. La tétine, si elle calme, peut également parfois entraîner des troubles du sommeil. Si votre enfant la perd au cours de sa nuit, se réveille pour la récupérer, n’arrive pas à la trouver, etc.
  • « La tétine, c’est sale. » Le clan des « pour » estime qu’elle est plus propre que le pouce. Celui des « contre » dit le contraire, bien sûr. Difficile de contester. La tétine, ça tombe n’importe où et on ne peut pas toujours la laver.

Votre enfant tombe et vient se consoler dans vos bras avec tétine… Une heure plus tard, vous le grondez, il pleure et réclame SA tétine… Le soir, c’est avec encore avec elle qu’il s’endort, comme un grand… qui va vers ses 3 ans !

Se « déconditionner » de la tétine, mode d’emploi

  • 1. Procédez par paliers. Au début, restreignez le champ d’utilisation de la totote : on ne s’en sert qu’à la maison, puis dans la chambre, puis seulement pour dormir et lors de temps calmes. Enfin, elle reste dans le lit. Si votre tout-petit se réveille, ne vous levez pas pour la lui remettre dans la bouche.
  • 2. Observez votre enfant. Repérez les moments pendant lesquels il utilise sa sucette. Pour récupérer ? Parce qu’il s’ennuie ou a besoin qu’on s’occupe de lui ? Dans ces deux derniers cas, trouvez un jeu à deux, invitez un petit copain… bref, occupez-le.
  • 3. Choisissez le moment opportun pour le sevrer de tétine, pas au cours d’un déménagement, d’une naissance ou d’une séparation. Préférez une période calme, sans événements perturbants.
  • 4. Décidez ensemble d’une date butoir : son anniversaire, le premier jour des vacances. « Tu es un grand maintenant, donc tu n’as plus besoin de tétine. Alors, on la jette dans la poubelle, on l’enterre dans le jardin… » Félicitez-le, même s’il n’a fait qu’essayer : la première fois n’est pas toujours la bonne ! Patientez encore : il faut surtout que votre tout-petit soit prêt.

Leslie Guéret avec le Dr Patrick Casin, pédiatre.

De nombreux ouvrages traitent de la séparation d’avec la tétine. Preuve s’il en était besoin que la question est d’importance.

  • Je veux ma tétine, par Tony Ross, éd Gallimard Jeunesse. Après Je veux grandir !, Je veux manger !, Je veux une petite soeur !, la petite princesse part à la recherche de sa tétine qui disparaît mystérieusement à tout bout de champ !
  • La Tétine de Dudu, par Annette Swoboda, éd Tourbillon. Mais où peut bien être la tétine de Dudu ? Il met sa chambre sans dessus-dessous avant de l’apercevoir au cou de son doudou !
  • La Tétine de Nina, par Christine Naumann-Villemin et Marianne Barcilon, éd. Ecole des loisirs. Quand sa maman lui demande si elle s’imagine travailler ou se marier avec une tétine, Nina ne voit pas le problème. Mais un jour elle rencontre un loup très méchant.

Tétine : tous nos articles.

Un problème avec sa tétine ? Une solution à partager avec d’autres parents ? Rendez-vous sur notre Forum Trucs et astuces.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *