Il veut aller seul à l'école

Certains de ses petits copains vont déjà à l’école sans leurs parents depuis l’année dernière. Du coup, il veut en faire autant, vous répétant sans cesse « qu’il n’est plus un bébé… »Partagez votre expérience et vos questions sur notre Forum Ecole.

Certains de ses petits copains vont déjà à l’école sans leurs parents depuis l’année dernière. Du coup, il veut en faire autant, vous répétant sans cesse « qu’il n’est plus un bébé… »

Aller seul à l’école, pour votre enfant, c’est être un grand. Depuis quelque temps, il ne vous parle que de ça, vous faisant remarquer que certains de ses copains vont à l’école sans leurs parents.

Aller seul à l’école ? A vous de voir

  • Bien sûr, votre décision dépend en grande partie de la nature du trajet, dont les risques ne sont pas toujours faciles à évaluer.
  • Le comportement des jeunes enfants est dominé par leurs émotions, ce qui les rend impulsifs et imprévisibles, deux traits de caractères qui ne font pas bon ménage avec la circulation.
  • Selon la Prévention routière, avant 8 ans, un enfant ne peut pas tenir compte de plusieurs informations simultanées (c’est-à-dire qu’il fera un écart pour éviter un pot de fleurs qui menace de tomber, mais ne verra pas la voiture qui arrive au même moment sur la chaussée).
  • Il peut faire attention à la circulation, mais son regard omet toujours certaines parties de l’espace : l’angle d’ouverture de son champ visuel est inférieur à 70 ° alors qu’il atteint 180 ° chez l’adulte.
  • Ce n’est seulement que vers 11-12 ans que votre enfant sera vraiment capable de prévoir l’évolution des situations et d’anticiper. « Avant, un enfant n’a pas la capacité à faire face à plusieurs dangers en même temps », insiste Etty Buzyn, psychanalyste.

Aller seul à l’école… ça s’apprend

  • Pour évaluer sa capacité à appréhender la circulation, faites-vous « emmener » par votre enfant à l’école ou ailleurs. Vous évaluerez ses connaissances et les points à approfondir.
  • Plutôt que de l’inonder de recommandations, mieux vaut lui signaler ou lui faire rechercher les dangers en lui donnant des conseils concrets : ne pas descendre du trottoir sans raison valable, respecter la signalisation, traverser sur les passages protégés, regarder à droite et à gauche avant de traverser, et devant et derrière à un carrefour, tendre l’oreille, ne jamais courir, ne pas s’arrêter au milieu de la rue, veiller à être vu…
  • Bref, apprenez-lui à respecter intelligemment les règles élémentaires de sécurité que vous veillerez aussi à appliquer !
  • A l’inverse, s’il ne se sent pas encore tout à fait prêt à aller seul à l’école, ne le forcez pas sous prétexte que d’autres enfants de son âge le font. « L’essentiel est que, dans un registre ou dans un autre, l’enfant fasse preuve d’autonomie. Félicitez-le sur ce qu’il fait bien, tout en l’encourageant pour le reste », conclue la psychanalyste.

Marie Auffret-Pericone avec Etty Buzyn, psychanalyste.

© Enfant Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *