La garderie, c'est pas son truc !

Votre enfant rechigne à rester à la garderie ? Persévérez ! Sans oublier de le rassurer, de lui expliquer que vous avez toute confiance en l’équipe qui s’occupe de lui.Elsa, maman de Margaux, 2 ans.Vous souhaitez partager votre expérience et vos questions avec d’autres parents ? Rendez-vous sur notre Forum Modes de garde.

Votre enfant rechigne à rester à la garderie ? Persévérez ! Sans oublier de le rassurer, de lui expliquer que vous avez toute confiance en l’équipe qui s’occupe de lui.

  • A chaque fois que vous l’emmenez à la garderie, votre tout-petit pleure, s’accroche à vous. Vous vous sentez coupable de l’abandonner. Vous vous demandez si ce n’est pas trop dur pour lui. Au cas par cas, les solutions.

Ses larmes s’arrêtent dès votre départ

  • Les puéricultrices sont formelles : à peine partie, votre enfant s’amuse comme un fou ! Chercherait-il à vous « manipuler » ? Non, car il n’y a rien de conscient dans son attitude. Il a juste du mal à assumer le moment de la séparation. Peut-être de votre côté êtes-vous anxieuse ? Rien de plus communicatif…
  • Ce qu’il faut faire. Commencez par vous persuader vous-même que ces moments passés à la garderie sont essentiels pour vous et votre enfant. Vous apprenez ainsi à vous séparer en douceur, votre tout-petit s’initie aux joies du groupe. En confiance, vous aurez moins de mal à le laisser… et lui à vous quitter.
  • Ce qu’il faut lui dire. « As-tu aimé le puzzle que tu as fait ? » Insistez sur le côté positif de son après-midi.

Il reste tout l’après-midi dans son coin

  • Certains enfants ont du mal à s’intégrer à un groupe lors de leurs premières expériences en collectivité. Le vôtre est peut-être un grand timide. Ou il traverse une période un peu compliquée.
  • Ce qu’il faut faire. Malgré ces difficultés d’adaptation, il est important de persévérer. Lisez-lui des livres évoquant un problème similaire : il sera rassuré de constater que cela arrive à d’autres enfants. Rendez-vous avec lui au jardin public du quartier : il y rencontrera peut-être des enfants de la garderie. Des liens pourront se tisser, dans un autre cadre, sous votre œil bienveillant.
  • Ce qu’il faut lui dire. « Je sais que tu vas te plaire dans cette garderie, il faut juste un peu de temps. »

Il a peur d’un autre enfant

  • Le profil de l’enfant vif, prenant les jouets des autres et ayant la main leste est un grand classique des collectivités ! Le vôtre est en train d’appréhender comment fonctionne un groupe, de comprendre que chacun a son caractère. Mais il est sans doute de ceux que ces comportements agités impressionnent…
  • Ce qu’il faut faire. N’hésitez pas à en parler au personnel de la garderie : il n’a peut-être pas saisi toute la dimension du problème. Votre intervention aidera à mieux gérer ce souci, car votre enfant n’est sans doute pas le seul à craindre le jeune « caïd » de la garderie.
  • Ce qu’il faut lui dire. « On va te trouver un copain plus calme à la garderie pour jouer avec toi. »

Paroles de maman

« Je ne travaille pas mais j’ai vraiment besoin de quelques heures par semaine rien que pour moi, sans ma fille. Comme j’avais peur qu’elle ne s’habitue pas à la garderie, j’ai convaincu une voisine, qui a un petit garçon du même âge que ma puce, d’inscrire aussi son fils. On se relaye toutes les deux pour les emmener à la garderie : il n’y a jamais de larmes, tout se passe super bien ! » Elsa, maman de Margaux, 2 ans.

Isabelle Gravillon avec Christine Brunet, psychologue, auteur de Petits tracas et gros soucis, de 1 à 7 ans, éd. Albin Michel.

Vous souhaitez partager votre expérience et vos questions avec d’autres parents ? Rendez-vous sur notre Forum Modes de garde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *