Un service volontaire européen pour les 17-30 ans

Ce programme permet à des jeunes de découvrir l’Europe en travaillant pour des collectivités ou des associations.

A 19 ans, Kevin Parent quitte pour la première fois la France pour la Moldavie. « Je voulais aller en Ukraine mais du fait de la guerre, j’ai dû revoir mon projet », confie-t-il. En 2014, plus de 1 000 volontaires français sont partis travailler dans une collectivité ou une association à but non lucratif, dans un des 50 pays du programme SVE (Service volontaire européen) d’Erasmus + éducation et jeunesse.

Après avoir quitté l’école à 16 ans, sans qualification, le jeune homme s’est tourné vers le service volontaire : « Je rêvais de voyage mais je n’en avais pas les moyens. Là, tout est pris en charge, on a même droit à une ­petite indemnité. »

« Autonomie et confiance »

Le SVE est ouvert à tous les jeunes âgés de 17 à 30 ans, sans ­condition préalable. Une attention particulière est cependant portée aux publics les plus fragiles, qui représentent 40 % des dossiers gérés par l’agence française en 2015. Steven Mouzarine en fait partie. A 19 ans, sans diplôme, il a mis le cap sur la Roumanie.

Non pas pour un an, comme c’est généralement le cas, mais pour une période courte de deux mois. « Histoire de voir si je suis prêt à vivre loin de ma famille », explique le jeune homme. Après plus de quatre semaines passées à travailler avec des Roms, il a jugé l’expérience concluante : « Je suis plus autonome et j’ai davantage confiance en moi. Je me rends compte que je peux être utile. Je pense que je repartirai ».

Quelle que soit la durée, une mobilité se prépare en amont. « Beaucoup de jeunes n’ont jamais quitté leur département. Partir à l’étranger peut être extrêmement déstabilisant », souligne Agi Musset, coordinatrice de l’association d’éducation à l’environnement Avril, située à Saint-Pierre-de-Coutances (Manche).

C’est l’une des 500 structures accréditées en France pour gérer l’envoi et l’accueil de SVE. « Lorsqu’un jeune a trouvé un projet qui lui plaît, nous l’aidons à faire son CV, nous travaillons sur ses motivations mais aussi sur son retour. Si nous nous apercevons qu’il est ­encore un peu fragile, nous lui ­conseillons de différer son départ », explique la jeune femme. Sur place, le jeune bénéficie en outre d’un soutien linguistique.

« Apprendre autrement »

Sarah Szymanski, elle, est partie en Serbie à 25 ans, après un ­diplôme d’éducatrice spécialisée, complété d’une licence de psychologie. « J’avais besoin de faire une pause et d’aller voir ailleurs », dit-elle. Pendant un an, elle a développé des activités artistiques et culturelles en lien avec l’Institut français à Belgrade. « Bien sûr, j’ai progressé en langues et appris à monter des projets. Mais surtout, j’ai découvert une nouvelle culture », constate-t-elle. Toutes ces compétences ont été notifiées dans un certificat de l’Union européenne, le Youthpass.

Dagan Milanov, 23 ans, a fait le chemin inverse. Il a quitté sa ­Macédoine natale, début octobre, pour un SVE à l’association Avril. Parmi ses missions, il doit « amener l’Europe aux jeunes de la ­région » en allant à leur rencontre dans les lycées et collèges. Son message : « Voyager, c’est apprendre autrement et s’ouvrir à de nouvelles cultures. Autrement dit, être plus tolérant à la différence ».

  • Isabelle Dautresme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *