Écoles d'ingénieurs : les droits de scolarité de CentraleSupélec s'envolent

Augmentation du tarif de CentraleSupélec. Un arrêté publié au “Journal officiel”, le 28 février 2017, fixe les droits de scolarité à 3.500 €, à partir de l’année scolaire 2017-2018, au lieu de 2.200 € actuellement.

Le nouveau campus de CentraleSupélec accueillera les élèves de l'école dès la rentrée 2017.

Le nouveau campus de CentraleSupélec accueillera les élèves de l’école dès la rentrée 2017. // © CentraleSupelec

Augmentation du tarif de CentraleSupélec. Un arrêté publié au “Journal officiel”, le 28 février 2017, fixe les droits de scolarité à 3.500 €, à partir de l’année scolaire 2017-2018, au lieu de 2.200 € actuellement.

Alors que le nouveau cursus de l’école fusionnée va être déployé à la rentrée 2018, le coût du cycle ingénieur de CentraleSupélec augmente, selon un arrêté publié au “Journal officiel”, le 28 février 2017. Les droits de scolarité s‘élèveront dès la rentrée 2017 à 3.500 €.

De 620 € par an avant la rentrée 2015, ils se sont hissés à 1.850 € en 2015-2016, puis à 2.200 € en 2016-2017, côté Centrale Paris. Pour Supélec, ils étaient fixés à 2.570 €. Ce qui représente  une hausse de respectivement 59 % et 36 %. Pour le moment, les autres écoles Centrale ne sont pas concernées.

Des écoles des ministères techniques ont déjà sauté le pas

CentraleSupélec devient ainsi l’école d’ingénieurs publique la plus chère de France, devant l’École des Ponts ParisTech, dont le coût est de 2.765 € par an. D’autres écoles publiques, sous la tutelle de ministères techniques, ont aussi augmenté leurs frais de scolarité, à l’instar de l’Ensta ParisTech, de trois Télécom (ParisTech, Bretagne, SudParis), de six écoles des mines (ParisTech, Albi, Alès, Douai, Nantes et Saint-Étienne), et de l’Isae-Supaéro, qui ont toutes augmenté leurs droits d’inscription de 300 € lors de la dernière rentrée, passant ainsi de 1.850 à 2.150 €. 

Autre exemple : l’Ensae ParisTech. Le prix de son cycle ingénieur a grimpé de 811 à 1.850 €. Une hausse « nécessaire », notamment « pour augmenter nos ressources propres dans un contexte de déménagement sur le plateau de Saclay à la rentrée 2017″, d’après Julien Pouget, directeur de l’établissement. Grâce à cette nouvelle manne financière, l’école va doubler sa surface et vise dès lors 750 étudiants, au lieu de 450 actuellement

Ces hausses ne concernent pour l’instant que des écoles dépendant de ministères techniques. Les établissements sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale conservent à ce jour des droits de scolarité à 610 € annuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *