Communication en Conseil des ministres : les politiques publiques contre les inégalités à l'École

La ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a présenté une communication relative aux politiques publiques contre les inégalités à l’École, le mercredi 8 mars 2017.

Assurer la justice entre les territoires et favoriser la mixité sociale au collège

L’action en faveur de l’égalité passe d’abord par la justice entre les territoires, au moyen d’une répartition des moyens d’enseignement plus juste. Dans les 1 095 réseaux d’éducation prioritaire et dans les 450 lycées les plus fragiles, les moyens et le nombre d’adultes sont renforcés. Tous les territoires fragiles sont aidés : en Seine-Saint-Denis, 1 566 postes auront été créés depuis 2012 ; dans 31 départements, des conventions ruralité préservent et modernisent le réseau des petites écoles malgré l’évolution démographique.

Pour favoriser la mixité sociale dans les collèges, essentielle pour la réussite des élèves notamment les plus fragiles, ainsi que le sentiment d’appartenance à la République, 82 projets sont engagés dans 46 départements et concernent 84 communes.

Agir en faveur des apprentissages des élèves les plus fragiles

Le ministère de l’Éducation nationale agit au plus tôt et tout au long de la scolarité pour favoriser les apprentissages des élèves les plus fragiles. Depuis 2012, le nombre de classes maternelles spécifiques pour l’accueil des enfants de 2 ans a été multiplié par 5 et le taux de scolarisation atteint désormais 20,8 % en éducation prioritaire et même 22,7 % en zone réseaux d’éducation prioritaire (REP +). 5000 écoles élémentaires parmi les plus défavorisées sont dotées d’un maitre supplémentaire au titre du dispositif « Plus de maîtres que de classes« .

Soutenir l’ambition des élèves et les familles

Au collège et au lycée, les « parcours d’excellence » sont en place pour les élèves volontaires de 3e des collèges REP + pour lutter contre l’autocensure à l’égard des études supérieures et leur donner plus de moyens de réussir et d’exceller dans la voie qu’ils ont choisie. En complément, le dispositif « meilleurs bacheliers permet depuis 2 ans aux 10 % des meilleurs bacheliers de chaque lycée de bénéficier d’un droit d’accès dans une formation sélective publique de l’enseignement supérieur.

Enfin, l’action ministérielle vise aussi à apporter une plus grande attention aux conditions de vie des familles, notamment les plus modestes. Le montant des crédits consacrés aux fonds sociaux a progressé de plus de 85 % depuis 2012 et atteint 65 millions d’euros en 2017. Les bourses qui sont accordées aux lycéens d’origine modeste ont été augmentées de 10 % à la rentrée 2016. A la rentrée 2017, ce seront les bourses accordées aux collégiens d’origine modeste qui seront à leur tour revalorisées de 25 %. Une bourse de 1000 € est versée aux raccrocheurs d’origine modeste de 16 à 18 ans qui reprennent leurs études après une interruption scolaire d’au moins cinq mois.

Le Gouvernement agit pour une justice sociale indissociable de l’ambition d’excellence pour tous. C’est en poursuivant ce double objectif que l’Ecole de la République saura relever les défis du XXIe siècle.

Source : Élysée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *