Comment reconnaître un vrai économiste ?

Méfiez-vous des faux économistes, c’est ce qu’on a envie de dire aux lycéens, et à tous ceux qui s’intéressent un minimum à l’économie.

En réalité, le professeur de SES [sciences économiques et sociales] dit aussi, méfiez-vous des vrais économistes. Il faut toujours rappeler que l’économie n’est pas une science exacte. T Piketty le proclame régulièrement, et la classe dans les sciences sociales. J Tirole, notre dernier lauréat du prix en la mémoire d’A Nobel en convient plus difficilement, et doit davantage la rapprocher des sciences expérimentales, comme le fait P Cahuc, manière de légitimer leurs préconisations.  On ne s’étendra pas ici sur ce débat. On veut tout d’abord insister sur le fait que ces économistes pas hermétiques aux influences idéologiques, sont des scientifiques estimables, dont les travaux sont solides du point de vue académique, ce qui n’exclut pas de sévères controverses (cf querelle sur le négationnisme économique).

En revanche, des pseudos économistes chouchous des medias audiovisuels sont assez insupportables. Souci de parité oblige, les coups de griffe seront également répartis entre un homme et une femme.

F Lenglet depuis la précédente présidentielle est devenu un des incontournables des medias. Son look et ses petits graphiques lui ont donné ses gages de respectabilité. Son credo est trop bien connu: Trop d’impôts, trop de fonctionnaires, trop de dettes.  Quand on se penche sur son CV, on constate que sa formation de base est une maîtrise de lettres.  Après un séjour en Asie qui a dû lui transmettre la sagesse économique, il s’est orienté vers les journaux économiques. Ce bon professionnel sait délivrer un  discours anxiogène qui clairement, ou en filigrane suivant les cas, nous invite au serrage de ceinture, et à l’austérité qu’il ne s’applique pas toujours, si on en croit le journal « L’Est Eclair ». Il nous a appris que cet homme courageux qui dénonce les privilèges du secteur public n’avait pas peur de faire des ménages [à savoir animer des conférences bien rémunérées, à 8500€].

L’étoile montante de la constellation libérale s’appelle Agnès Verdier-Molinié. Elle dirige un laboratoire d’idées libéral l’IFRAP [a], et elle frappe très fort sur les fonctionnaires, et d’une manière générale les dépenses publiques. Elle cautionne ses préjugés à partir de chiffres compilés, souvent sortis de leur contexte. Quelle est la formation de celle qui pourfend les errements économiques des dirigeants, de gauche surtout? Elle a une maîtrise d’histoire économique, mais son mémoire était consacré aux « scandales politico-financiers sous Pompidou, vus par Le Canard enchaîné ».

On a le droit de ne pas être un spécialiste d’économie, puis de combler ses lacunes et d’avoir des opinions, mais cela n’autorise pas à émettre des jugements péremptoires, et à laisser croire qu’il suffit d’un peu de bon sens, et de faire de simples choix techniques douloureux (plus pour les autres que pour eux) pour régler les difficultés économiques. Ces deux coqueluches des medias me font sévèrement tousser.

Prenons leur recette miracle, à savoir l’austérité pour retrouver la croissance, et faire baisser le chômage. Même le FMI a dû reconnaître qu’une austérité généralisée  serait contre productive.  Elle enfonce dans le marasme l’économie mondiale. Madame Lagarde, directrice du FMI en semble elle aussi convaincue; au passage, signalons encore une non économiste de formation.

La guerre est trop sérieuse pour être confiée aux seuls militaires. L’économie et ses conséquences sont trop sérieuses pour les confier aux seuls économistes, mais les citoyens devraient davantage être informés et avoir leur mot à dire, et surtout, ne laissons pas des prêcheurs cathodiques, médiatiques prendre trop d’importance.

|a] Parmi les critiques adressées à L’IFRAP, on peut citer cet extrait de F Ramus:

« Mais cela ne semble pas être la démarche de l’iFRAP. L’approche de l’IFRAP semble être plutôt de tenter d’influencer directement les politiques et les décideurs, en court-circuitant l’expertise scientifique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *