« Une année de formation gratuite pour tous les citoyens »

LES VOIX DE L’ECONOMIE. La formation tout au long de la vie n’aura d’impact positif que si elle est offerte à tous et sur une durée suffisante, affirment Béatrix Jounault et Mélusine Harlé (Fabrique Spinoza) dans une tribune au « Monde ».

édition abonné

L’Année de formation universelle repose sur un droit à une deuxième chance pour tous qui s’inscrit dans une dynamique d’apprentissage tout au long de la vie.

TRIBUNE. Dans un contexte économique particulièrement dégradé, toutes les générations se trouvent désormais en situation de vulnérabilité. Actuellement, près de 100 000 jeunes quittent chaque année le système éducatif sans diplôme ni qualification. Le chômage s’installe durablement pour les personnes de plus de 50 ans. On compte en France, en 2015, près de 6 millions de personnes sans emploi ou en situation de sous-emploi.

Par ailleurs, l’accès à la formation professionnelle est très inégal. Seulement 49 % des personnes en emploi ont accès à la formation. Cette proportion passe à 27 % pour les demandeurs d’emploi et 9 % pour les inactifs.

Les transitions professionnelles sont également plus de plus en plus nombreuses et variées. Certaines d’entre elles sont choisies, c’est généralement le cas des 35 % des actifs qui ont changé de métier pour trouver du sens ou plus de bien-être dans leur vie. D’autres sont souvent subies, pour les 56 % des actifs qui ont déjà changé de métier ou de secteur d’activité. Dans tous les cas, les actifs connaissent la pression d’un marché de l’emploi sous tension.

« Instaurer un droit à une deuxième chance pour tous »

Un rapport sénatorial souligne que jusqu’à 70 % des métiers de la prochaine décennie n’existent pas encore aujourd’hui et qu’un grand nombre de métiers sont appelés à évoluer de manière très significative ou à disparaître, renforçant un phénomène de polarisation des emplois et d’exclusion sociale.

Face à la nécessité pour chacun de développer ses compétences tout au long de la vie, la Fabrique Spinoza, think tank du bonheur citoyen, propose la création d’une « année de formation universelle » (AFU) dans son dernier rapport, intitulé « Une année de formation universelle, instaurer un droit à une deuxième chance pour tous », en collaboration avec la chaire Transitions démographiques, transitions économiques (TDTE).

L’AFU concrétiserait ainsi l’avènement d’« une société de la seconde chance », défendue par Jean-Hervé Lorenzi, Alain Villemeur et Hélène Xuan dans leur ouvrage collectif France, le désarroi d’une jeunesse (Eyrolles, 2016). Cette nouvelle société se doit de privilégier des politiques publiques à visée universelle et à vocation plus inclusive, pour toucher toutes les catégories de population et éviter l’impact négatif de mesures qui ne concerneraient que certains publics spécifiques, comme le démontrent Pierre Cahuc et Thomas Le Barbanchon…

L’accès à la totalité de l’article est protégé Déjà abonné ? Identifiez-vous

L’Année de formation universelle repose sur un droit à une deuxième chance pour tous qui s’inscrit dans une dynamique d’apprentissage tout au long de la vie.

« Une année de formation gratuite pour tous les citoyens »

Il vous reste 64% de l’article à lire

Achetez cet article 2 € Abonnez-vous à partir de 1 € Découvrez l’édition abonnés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *