361.000 étudiants de plus entre 2015 et 2025

En 2025, l’enseignement supérieur français compterait 2.912.000 étudiants, soit 361.000 de plus qu’en 2015, selon une note d’information du ministère. La hausse serait concentrée sur les années 2017, 2018 et 2024.

En 2025, l'université devrait accueillir 571.000 étudiants en première année, alors qu'elle en a reçu 505.000 en 2015.

En 2025, l’université devrait accueillir 571.000 étudiants en première année, alors qu’elle en a reçu 505.000 en 2015. // © Etienne Gless

En 2025, l’enseignement supérieur français compterait 2.912.000 étudiants, soit 361.000 de plus qu’en 2015, selon une note d’information du ministère. La hausse serait concentrée sur les années 2017, 2018 et 2024.

Le prochain ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche aura à gérer le choc démographique attendu dès l’année universitaire 2017-2018. Le scénario à dix ans retenu par le ministère dans sa note de prévision prolonge les tendances observées ces dernières années. Hausse du nombre de candidats au bac, hausse du taux de réussite (633.500 reçus au bac en 2016), hausse du taux de poursuite d’études à l’université (79,7 % pour les bacheliers généraux et technologiques l’an passé), allongement de la durée des études… Tous les indicateurs grimpent en flèche ! Y compris pour les bacheliers professionnels, qui sont de plus en plus nombreux à poursuivre en section de techniciens supérieurs (STS) : ils étaient déjà 29,2 % à entamer des études en BTS en 2015.

65.000 nouveaux étudiants de plus en 2025

Les projections des effectifs étudiants pour les rentrées de 2016 à 2025 montrent donc logiquement une hausse continue de la population étudiante dans les principales filières postbac. Le flux d’entrée en première année dans le supérieur, qui était de 505.656 étudiants en 2015, atteindrait ainsi 571.000 étudiants en 2025, soit 65.344 étudiants de plus en dix ans (+15,9 %). Mais le choc se concentre sur les années 2016-2018. À la dernière rentrée, l’enseignement supérieur avait déjà dû absorber 58.000 inscriptions de plus sur un an.

UN million d’étudiants en licence Dès 2020

La hausse la plus forte dans les dix prochaines années sera pour le cursus licence, dont les effectifs progresseraient de 18  sur dix ans. Le cap symbolique du million d’étudiants inscrits en licence à l’université serait franchi dès 2020. Le cap des 600.000 étudiants en master, lui, a déjà été franchi à la rentrée 2016-2017,  et, en 2020, le nombre d’étudiants en master pourrait avoir dépassé les 650.000. 

Il n’y a qu’au niveau du doctorat que les prévisions évoluent un peu à la baisse avant de repartir à la hausse : 60.000 doctorants sont attendus en 2020 (contre près de 62.000 en 2016) mais 63.000 en 2025. Soit seulement 1,7 % de doctorants en plus sur dix ans.

Près de 100.000 étudiants de Plus en sciences et en STAPS

Au total, tous cursus confondus, sur dix ans les effectifs à l’université augmenteraient dans l’ensemble des disciplines (+238.000 inscriptions) avec un fort dynamisme en sciences et en Staps (+98.700 étudiants) et en lettres et sciences humaines (+81.000 étudiants) et une progression plus modérée en droit, économie et santé. La croissance serait de +10,7 % dans les IUT, de +9,6% dans les classes préparatoires et de +6,8 % dans les STS. 

« Le scénario décrit ici s’appuie sur les projections d’effectifs de terminale très largement conditionnés par les évolutions démographiques et notamment les naissances nombreuses survenues en 2000, 2001 et 2006 », explique Aline Pauron, auteure de la note. Et de nuancer : « Le scénario suppose que l’environnement législatif reste le même sur l’ensemble de la période, à savoir qu’aucune nouvelle réforme n’affecte les lycées, les établissements d’enseignement supérieur ou les différents cursus d’études. » Un statu quo qui, au vu des programmes des candidats à l’élection présidentielle, semble peu probable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *