Les appels à faire barrage à Marine Le Pen se multiplient dans l’éducation et l’enseignement supérieur

De la Ligue de l’enseignement aux syndicats étudiants, en passant par la Conférence des présidents d’universités, de nombreuses organisations ont pris position pour un vote contre l’extrême-droite, et des rassemblements sont prévus.

Panneaux électoraux dans les rues Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques), mercredi 26 avril 2017. (AP Photo/Bob Edme)

Après la qualification pour le second tour de l’élection présidentielle de la candidate du Front national, Marine Le Pen, les acteurs de l’éducation se sont prononcés nombreux contre le risque que représenterait, notamment pour l’école et l’enseignement supérieur, son accession à l’Elysée. « Nous appelons à repousser la double tentation du vote d’extrême droite et de l’abstention, pour faire battre le FN dimanche 7 mai », écrivent quarante-cinq syndicats, associations, mutuelles, etc, dans un appel publié sur le site des Cahiers pédagogiques.

Certains se sont aussi exprimées individuellement : la Ligue de l’enseignement, qui refuse la « banalisation » du FN, appelle ainsi à « voter massivement » et à « faire battre Marine Le Pen au 2e tour de l’élection en repoussant toute tentation d’abstention ou de vote blanc » ; ou la CFDT, qui « s’engage contre le FN et les idées qu’il véhicule » et propose un « décryptage de son programme de campagne, pour révéler ce qu’il cache ».

Les Cahiers pédagogiques, dans un communiqué séparé, tiennent également à dénoncer les conceptions qu’a le Front national du système éducatif. Et d’expliquer comment « Dans sa vision de l’école, Le Pen bafoue en tous points la devise républicaine » : les principes de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

Le bureau de la Conférence des présidents d’université, également, « appelle à voter contre l’extrémisme ». « Le programme présidentiel porté par Mme Le Pen est contraire à nos valeurs, comme chercheurs, comme enseignants, comme humanistes, mais va également à l’encontre de notre vision de la société et de nos propositions pour l’enseignement supérieur et la recherche, faisant craindre des menaces sur la place reconnue aux sciences », peut-on lire dans son communiqué.

Tandis que des appels à bloquer les lycées jeudi 27 avril circulent sur les réseaux sociaux, les syndicats étudiants ont appelé à se mobiliser de différentes façons. « Nous sommes profondément “apartisans”, mais nous défendons l’humanisme, l’Europe, la fraternité… Le FN est en dehors du spectre républicain », a expliqué au Monde Jimmy Losfeld, le président de la FAGE, qui organise, avec l’Union des étudiants juifs de France et SOS racisme, un concert républicain, Place de la République, dimanche 30 avril à Paris, ainsi qu’à un rassemblement, lundi 1er mai, cette fois avec la CFDT et l’UNSA, au métro Jaurès. L’autre grand syndicat étudiant, l’UNEF, a lancé une pétition en ligne, « La jeunesse contre le FN ».

  •  Adrien de Tricornot
    Journaliste
    Suivre Aller sur la page de ce journaliste Suivre ce journaliste sur twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *