Avec ses cours en ligne, Everfi fait un tabac aux États-Unis

REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. La start-up Everfi vient de réaliser la deuxième levée de fonds la plus importante du secteur des EdTech, à hauteur de 190 millions de dollars.

MIT (Massachusetts Institute of Technology) // © Emmanuel Vaillant

Le MIT fait partie des clients de la start-up Everfi.

REPÉRÉ DANS LA PRESSE AMÉRICAINE. La start-up Everfi vient de réaliser la deuxième levée de fonds la plus importante du secteur des EdTech, à hauteur de 190 millions de dollars.

Discrètement mais sûrement, Everfi a tracé sa route dans le monde des EdTech aux États-Unis. La start-up de Washington, qui revendique 4.200 clients payants (dont 1.700 universités) et 16 millions d’apprenants, a annoncé dans un communiqué le 26 avril une levée de fonds massive, à hauteur de 190 millions de dollars. L’opération a été menée par TPG Growth – ce même fonds qui avait investi dans Lynda, avant son rachat par Linkedin pour 1,5 milliard de dollars, précise le magazine TechCrunch.

Cela n’a rien d’anodin. L’opération d’Everfi constitue, dans le secteur des EdTech, la deuxième levée de fonds la plus importante aux États-Unis, après celle réalisée par HotChalk en 2015 (230 millions de dollars), note le magazine « EdSurge ». Parmi les clients d’Everfi figurent des établissements, du primaire aux universités, et non des moindres (Harvard, le MIT, Stanford…), ainsi que des entreprises, qui utilisent les cours d’Everfi pour leur formation continue (Google, Oracle, Airbnb…).

des ingrédients simples

Mais que fait donc Everfi ? La start-up commercialise son logiciel et ses cours en ligne, pour lesquels le client paie un abonnement, selon un modèle SaaS classique. Si des dizaines de start-up se sont positionnées sur ce créneau, Everfi a réussi son pari avec quelques ingrédients simples : des prix accessibles, mêmes aux établissements sans beaucoup de ressources ; des logiciels qui peuvent tourner sur de multiples appareils, des plus modernes aux PC vieux de plusieurs années ; des contenus positionnés autour de quelques grands thèmes : le civisme, la prévention et la gestion des comportements à risque, la responsabilité sociale et financière, et les réglementations qui y sont associées.

Des domaines où la start-up a, finalement, peu de concurrence. Par exemple, elle propose un cours d’éthique pour les salariés, un autre sur l’alcool et ses dérives à destination des étudiants, des modules de gestion financière personnelle pour les lycéens ou les collégiens. Son catalogue comprend aussi des cours à destination des professeurs et responsables administratifs des établissements, traitant de la prévention du harcèlement ou de la prise en compte des minorités.

des anciens enseignants pour employés

La réussite d’Everfi s’explique aussi peut-être par sa « fibre » éducative : une grande partie de ses employés sont d’anciens enseignants. Elle est aussi un acteur philanthropique, et offre ses cours gratuitement à 20.000 établissements du secondaire, grâce à des mécènes et des entreprises donatrices.

La nouvelle levée de fonds d’Everfi devrait accélérer son expansion commerciale, et la diversification de ses contenus – notamment vers les sciences et l’informatique. L’ampleur de cette opération fait en tout cas dire aux commentateurs que la « sortie » (« exit ») d’Everfi est proche. Comprenez : dans les mois qui viennent, Everfi pourrait soit se faire racheter à prix d’or par un géant, soit entrer en Bourse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *