A Marseille et Vitrolles, des écoles se mobilisent pour loger leurs élèves roms

La reprise des expulsions de famille en avril a renvoyé à la rue des enfants qui étaient scolarisés depuis l’automne 2016.

édition abonné

Devant une école marseillaise, en septembre 2016.

Corine Lefort cache des billets au creux de sa main. « Qui a la caisse ? », demande, presque paniquée, la directrice de l’école élémentaire de la montée des Accoules, au cœur du Panier à Marseille (2e). « Jamais je n’aurais cru que les gens seraient si généreux », poursuit-elle, au bord des larmes. Sur l’élan, l’enseignante, 58 ans, claque la bise à Djamel Larbi, un parent d’élève. Patron d’un des bars du quartier, l’homme vient de donner une enveloppe contenant 250 euros, récoltés lors d’un concert de solidarité. « Je suis un immigré arrivé à Marseille en 1970, je sais par où passent ces gens », glisse le quinquagénaire né en Algérie.

Depuis deux semaines, l’école des Accoules et une partie du Panier, le plus vieux quartier de la ville, juste au-dessus du Vieux-Port, se mobilisent pour aider une famille rom dont les trois enfants sont scolarisés dans l’établissement depuis octobre 2016. Promis à la rue deux jeudis auparavant, Dolari, 10 ans, Narghita, 8 ans, Sonia, 6 ans, et leurs parents, originaires de Roumanie, dorment désormais dans un meublé, que le père d’un élève a débusqué.

La propriétaire de l’appartement a aménagé ses tarifs, en attendant l’arrivée des touristes de l’été. « La mobilisation est fantastique, mais elle ne sera pas éternelle, dit en soufflant Mathieu Didierjean, dont la petite fille est en CE1. Notre cagnotte permet de tenir quelques jours, mais la fin des classes est encore dans deux mois. Nous voulons que les pouvoirs publics prennent le relais et, pour l’instant, on ne voit rien venir. »

Mercredi 17 mai, un pique-nique solidaire se tient sous les platanes de la place des Moulins. Un choix symbolique, à deux pas de l’école et pile devant la façade d’un logement de fonction appartenant à la ville de Marseille, inhabité. Les suppléantes de Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise) et du député sortant Patrick Mennucci (PS), candidats aux législatives dans la circonscription,…

L’accès à la totalité de l’article est protégé Déjà abonné ? Identifiez-vous

Devant une école marseillaise, en septembre 2016.

A Marseille et Vitrolles, des écoles se mobilisent pour loger leurs élèves roms

Il vous reste 68% de l’article à lire

Achetez cet article 2 € Abonnez-vous à partir de 1 € Découvrez l’édition abonnés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *