« Il y a urgence à repenser notre école maternelle »

Le sociologue Daniel Verba explique, dans une tribune au « Monde », que notre école maternelle, confrontée à la question de la précocité de la scolarisation, doit évoluer dans ses conditions matérielles d’accueil et dans sa pédagogie.

édition abonné

« Pour certains psychologues, le jeune enfant est incapable de nouer des relations de groupe. La classe est donc un espace inquiétant qui risque d’inhiber ses capacités communicationnelles. » (Photo : école de la croisée des chemins est un établissement dont le fonctionnement est basé sur l'auto-organisation du temps et des apprentissages, à Dijon, le 28 mars.)

TRIBUNE. « L’Organisation de coopération et de développement économiques estime que la préscolarisation des enfants en bas âge est un facteur de réussite » (Le Monde du 21 juin) et relance du même coup le débat qui oppose depuis plusieurs années les partisans d’une scolarisation précoce supposée garantir une meilleure intégration scolaire notamment pour les enfants issus des classes populaires et ceux qui défendent une scolarisation plus tardive afin d’asseoir les premiers apprentissages sur un socle éducatif qui singularise l’enfant et s’appuie sur ses dispositions et non sur ses performances.

Quels sont les principaux arguments de ceux qui défendent le principe d’une scolarisation des enfants de deux ans ?

Une scolarisation précoce, en socialisant le plus tôt possible les enfants, permet une meilleure adaptation à l’univers scolaire et peut donc être le gage d’une réussite scolaire ultérieure. « La scolarisation avant 3 ans, écrit Agnès Florin [professeure émérite de psychologie à l’université de Nantes], trouve des justifications dans les résultats de plusieurs recherches utilisant des méthodologies différentes, au moins pour les enfants des milieux défavorisés et sur certains aspects de leur développement cognitif et langagier, même si ces effets peuvent quelquefois paraître limités par rapport à ceux d’autres facteurs (milieu social, trimestre de naissance). »

Un mode d’accueil gratuit pour tous

L’entrée précoce à l’école permet d’éviter l’apparition de troubles ou de perturbations et joue donc un rôle préventif. On trouve en effet de nombreux exemples de jeunes enfants dont on a pu détecter certains troubles psychologiques ou physiologiques grâce à leur entrée à l’école.

L’école maternelle qui a le mérite d’exister, constitue enfin un mode d’accueil gratuit pour tous les enfants ce qui est un gage d’équité et de justice sociales. C’est d’ailleurs ce que les autres pays européens…

L’accès à la totalité de l’article est protégé Déjà abonné ? Identifiez-vous

« Pour certains psychologues, le jeune enfant est incapable de nouer des relations de groupe. La classe est donc un espace inquiétant qui risque d’inhiber ses capacités communicationnelles. » (Photo : école de la croisée des chemins est un établissement dont le fonctionnement est basé sur l'auto-organisation du temps et des apprentissages, à Dijon, le 28 mars.)

« Il y a urgence à repenser notre école maternelle »

Il vous reste 81% de l’article à lire

Achetez cet article 2 € Abonnez-vous à partir de 1 € Découvrez l’édition abonnés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *